Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le venin du Mamba pour lutter contre la polykystose rénale

Actualité | Santé & sciences du vivant

Le venin du Mamba pour lutter contre la polykystose rénale


Une équipe du SIMOPRO a caractérisé une toxine du venin de mamba vert, la mambaquarétine, qui s’avère être un candidat thérapeutique très prometteur pour lutter contre la polykystose rénale, maladie génétique qui provoque l’apparition de kystes dans les reins.


Publié le 23 mai 2017

​Les venins d'animaux tels que les araignées, scorpions ou serpents sont constitués de plusieurs centaines de toxines peptidiques qui possèdent toutes des fonctions biologiques particulières. L'équipe du SIMOPRO travaille depuis de nombreuses années sur ces toxines, qui peuvent intéresser la recherche médicale car elles possèdent des activités pharmacologiques très intéressantes contre des récepteurs membranaires.

La mambaquarétine est une toxine très minoritaire du venin du mamba vert, identifiée grâce à son activité sur le récepteur à la vasopressine de type 2 (V2R). Ce récepteur, qui appartient à la super famille des récepteurs couplés aux protéines G, est la cible thérapeutique validée chez l'homme pour lutter contre la polykystose rénale. 

Une fois séquencée et synthétisée par voie chimique, la mambaquarétine a été caractérisée. Cette toxine, composée de 57 acides aminés et réticulée par trois ponts disulfure, appartient à la famille structurale Kunitz, connue essentiellement pour inhiber les protéases à sérines ou pour bloquer les canaux potassium.  Par des tests de liaison et des expériences de fonction, les chercheurs ont pu déterminer que la mambaquarétine est l'antagoniste du V2R le plus sélectif jamais identifié. Injecté chez la souris, ce peptide augmente considérablement leur diurèse sans perte d'électrolytes, démontrant son activité aquarétique in vivo

Finalement, sur un modèle murin de polykystose traité pendant 100 jours, la mambaquarétine réduit le nombre de kystes ainsi que leur taille d'environ 30% comparé au groupe contrôle. De plus, aucune toxicité ou autre effet secondaire n'a été observé au cours du traitement.



​Stucture cristallographique de la mambaquarétine
​Sections de reins de souris polykystiques, traitées ou non par la mambaquarétine.


Haut de page